Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Canadian Positive People Network (CPPN)

Réseau canadien des personnes séropositives (RCPS)

The CPPN acknowledges that its corporate office in Peterborough (ON) sits on the traditional territory of the Anishinaabe Missis​sauga adjacent to Haudenosaunee Territory and in the Territory covered by the Williams Treaty, and that its operations and management office sits on the traditional unceded territory of the Algonquin Anishnaabeg people.  We recognize and deeply appreciate the contributions that Métis, Inuit, and other Indigenous Peoples have made to shape and strengthen our local communities, our provinces and territories, and our country as a whole.

Le RCPS reconnaît que son bureau principal à Peterborough (ON) est situé sur le territoire traditionnel de la Anishinaabe Mississauga adjacent au territoire de Haudenosaunee et sur le territoire couvert par le traité Williams, et que son bureau des opérations et de gestion se trouve sur le territoire traditionnel non cédé du Peuple Algonquin Anishnaabeg. Nous reconnaissons et apprécions profondément les contributions des Métis, des Inuits et des autres peuples autochtones à la formation et au renforcement de nos communautés locales, de nos provinces et territoires et de notre pays dans son ensemble.

Une entrevue avec Donny

Question :

Alors, Donny, comment définirais-tu ce qu’est un survivant à long terme ?

Réponse :


« Pour moi, c’est avoir le VIH pendant plus de 20 ans et quelqu’un qui a vécu les médicaments de la vieille école qui a eu plus d’effets secondaires que je ne veux me rappeler. Aussi, étant quelqu’un qui a regardé beaucoup, beaucoup de leurs amis passent loin de cela. »

Question :


Qu’est-ce que le thème de la Journée de sensibilisation aux survivants à long terme du VIH de cette année signifie pour vous ? Le thème de cette année est : « Le sida à 40 ans : envisager un avenir que nous n’avons jamais imaginé ».

Réponse :


« Cela signifie qu’il y a 40 ans, il s’agissait essentiellement d’une condamnation à mort et que les premiers médicaments qui ont été combattus étaient toxiques et avaient tellement d’effets secondaires débilitants que c’était « est-ce que je veux vraiment continuer à vivre une vie comme celle-ci ? » De plus, la stigmatisation associée au VIH était parfois pire que les effets secondaires.


Je ne pensais vraiment pas que je verrais un avenir où les médicaments fonctionneraient et ne vous dissémineraient pas avec des effets secondaires et que la stigmatisation serait meilleure. C’est mieux, mais il y a encore tellement de choses là-bas et il y a du travail à faire pour régler ce problème. Cela me donne aussi l’impression que nous pouvons maintenant avoir une vie très réussie et significative remplie d’amour et de grandes choses. »

Question :


Comment pensez-vous que le VIH/sida a changé ou non ?

Réponse :


« Eh bien, d’abord les médicaments sont devenus très efficaces et donné une nouvelle vie à beaucoup. Nous avons eu beaucoup de percées et travaillé dur en tant que communauté pour arriver à un endroit où nous avons prouvé et livré la campagne I=I montrant que la transmission n’est pas possible si vous êtes indétectable. La plus grande chose qui nous afflige encore, c’est cette vilaine stigmatisation de nous rendre impurs ou sales, ce qui fait vraiment mal et coupe au cœur. Je ne suis ni impur ni sale et personne qui est séropositif ne l’est. »

Question :


Quelle est une chose importante que les Canadiens devraient savoir au sujet des survivants à long terme du VIH ?

Réponse :


« Nous avons mené une dure bataille et la plupart ont été expérimentés avec de nouveaux médicaments afin que les personnes infectées aujourd’hui puissent recevoir de bons traitements de travail solides. Nous avons tous subi de grandes pertes et de l’isolement et avons vu à quel point la société peut être méchante envers notre communauté. Mais nous avons aussi eu le privilège d’avoir eu la chance de vivre de longues vies remplies de souvenirs étonnants et beaucoup d’amour... Personnellement, je suis reconnaissant e d’être une survivante à long terme et je ne voudrais jamais changer cela. Je ne pense pas que je serais la personne que je suis aujourd’hui si je n’avais pas eu à endurer la vie sans LE VIH. »

Question :


Si vous aient eu une conversation avec quelqu’un qui a reçu un nouveau diagnostic de VIH, quelle est une chose que vous voudriez qu’il sache? Que leur dirais-tu ?

Réponse :


« Je sais que vous avez peur et que vous êtes en colère contre le monde, et vous pourriez penser que la vie est terminée, et vous ne trouverez jamais l’amour ou le grand sexe. « lol » Mais je suis ici pour vous dire que l’amour est là-bas, et les médicaments fonctionnent étonnamment et vous serez en mesure d’avoir une telle vie incroyable remplie de bons souvenirs et beaucoup d’amour et de rires. Attendez-vous à nous pour obtenir de l’aide ou poser des questions. Nous sommes là pour vous aider à naviguer sur votre chemin. Vous n’êtes PAS seul! »

Question :


Autre chose que vous aimeriez partager ?

Réponse :


« Le fait d’être un long terme, comme j’aime m’appeler moi-même, m’a donné de nombreuses occasions extraordinaires de rencontrer des gens extraordinaires dans notre communauté et de partager nos vies avec. J’ai appris au fil des ans que même si nos voyages sont différents, nous partageons tous de nombreuses expériences en commun. Nous allons à des séances de formation / conférences où vous rencontrerez des gens extraordinaires et fera quelques nouveaux liens étonnants qui changeront votre vie. Je sais que j’en ai fait! N’ayez jamais peur de demander de l’aide ou des conseils. En fin de compte, nous sommes tous là-dedans ensemble et nous voulons tous l’améliorer pour tout le monde. »

0