Shopping Cart
Your Cart is Empty
Quantity:
Subtotal
Taxes
Shipping
Total
There was an error with PayPalClick here to try again
CelebrateThank you for your business!You should be receiving an order confirmation from Paypal shortly.Exit Shopping Cart

Canadian Positive People Network (CPPN)

Réseau canadien des personnes séropositives (RCPS)

The CPPN acknowledges that its corporate office in Peterborough (ON) sits on the traditional territory of the Anishinaabe Missis​sauga adjacent to Haudenosaunee Territory and in the Territory covered by the Williams Treaty, and that its operations and management office sits on the traditional unceded territory of the Algonquin Anishnaabeg people.  We recognize and deeply appreciate the contributions that Métis, Inuit, and other Indigenous Peoples have made to shape and strengthen our local communities, our provinces and territories, and our country as a whole.

Le RCPS reconnaît que son bureau principal à Peterborough (ON) est situé sur le territoire traditionnel de la Anishinaabe Mississauga adjacent au territoire de Haudenosaunee et sur le territoire couvert par le traité Williams, et que son bureau des opérations et de gestion se trouve sur le territoire traditionnel non cédé du Peuple Algonquin Anishnaabeg. Nous reconnaissons et apprécions profondément les contributions des Métis, des Inuits et des autres peuples autochtones à la formation et au renforcement de nos communautés locales, de nos provinces et territoires et de notre pays dans son ensemble.

Richard S., de London, en Ontario, partage son point de vue

Lorsqu’on lui a demandé comment il définissait ce qu’est un survivant à long terme, Richard nous a dit que « c’est une question difficile. La réponse facile est de dix ans, mais j’ai aussi l’impression qu’il n’est pas nécessaire d’avoir le VIH pour être un survivant à long terme. Un survivant est une personne qui a vécu le décès d’une personne ou qui a été un être cher ou un aidant naturel, comme des médecins, des infirmières, des membres de la famille et des proches d’une personne vivant avec le VIH. De plus, un survivant peut être un survivant qui a été aux victimes de la maladie ou de la stigmatisation d’avoir le VIH sur une plus courte période. »

Pour Richard, « AIDS at 40: Envisioning a Future We Never Imagined » (thème des survivants à long terme de cette année), signifie que « les gens ont une vie plus longue et peut-être plus complète avec l’utilisation d’antiviraux depuis les années 80 lorsque l’épidémie a tué de nombreux hommes gais et personnes de couleur. Cela ne tient pas compte non plus de la communauté médicale qui valorise la longévité par rapport à la qualité de vie des personnes vivant avec les effets secondaires, la stigmatisation et la pauvreté de nombreuses personnes vivant avec des médicaments contre le VIH. J’ai l’impression qu’en tant que communauté, nous sommes devenus complaisants en tant que vaches de cas pour les compagnies pharmaceutiques et que nous sommes poussés à être reconnaissants ou stigmatisés par la communauté du VIH dans son ensemble. »


Lorsqu’on lui a demandé ce qu’il y avait du VIH/sida (ou n’a pas) changé au fil du temps, Richard a déclaré : « Je pense que beaucoup de choses ont changé; ce n’est pas considéré comme une condamnation à mort. Certaines croyances et certains préjugés entourant l’infection par le VIH ont changé. Certaines attitudes à l’égard des relations sexuelles avec des personnes séropositives ont changé avec l’introduction de la « PrEP ».


Richard croit que le Canada doit réaliser que les survivants à long terme « ont besoin de plus de financement, de soutien ». Il pense aussi que les Canadiens doivent savoir que « bon nombre d’entre nous sont également aux faits face à l’insécurité de l’emploi et aux symptômes de l’utilisation à long terme des médicaments. Bon nombre d’entre nous s’occupent également de la stigmatisation des cultures et des communautés d’où nous venons. Et certains d’entre nous ont de la difficulté à maintenir leurs relations. »


À quelqu’un qui a récemment reçu un diagnostic de VIH, Richard partagerait avec lui qu’il devrait « se connecter aux médecins et aux communautés de proximité. Ils devraient lire tout ce qu’ils peuvent sur leur maladie (l’histoire, la science, les médicaments alternatifs et même le complot autour du VIH). Richard encouragerait aussi quelqu’un nouvellement diagnostiqué, n’ayez pas « peur. Prenez le contrôle de votre santé. Posez des questions à vos fournisseurs de soins de santé. Et n'aie pas peur des thérapies. »


En conclusion, Richard a partagé que «en tant qu’hommes gais, nous avons perdu beaucoup de nos aînés; toute une génération d’hommes gais sont morts du VIH. Je pense que pour cette raison, la communauté des hommes gais a internalisé la stigmatisation liée au VIH qui s’exprime par l’obsession corporelle, l’âge, honte corporelle, et une obsession malsaine pour être jeune et en bonne santé. »

0