Canadian Positive People Network (CPPN)

Réseau canadien des personnes séropositives (RCPS)

The CPPN acknowledges that its corporate office in Peterborough (ON) sits on the traditional territory of the Anishinaabe Missis​sauga adjacent to Haudenosaunee Territory and in the Territory covered by the Williams Treaty, and that its operations and management office sits on the traditional unceded territory of the Algonquin Anishnaabeg people.  We recognize and deeply appreciate the contributions that Métis, Inuit, and other Indigenous Peoples have made to shape and strengthen our local communities, our provinces and territories, and our country as a whole.

Le RCPS reconnaît que son bureau principal à Peterborough (ON) est situé sur le territoire traditionnel de la Anishinaabe Mississauga adjacent au territoire de Haudenosaunee et sur le territoire couvert par le traité Williams, et que son bureau des opérations et de gestion se trouve sur le territoire traditionnel non cédé du Peuple Algonquin Anishnaabeg. Nous reconnaissons et apprécions profondément les contributions des Métis, des Inuits et des autres peuples autochtones à la formation et au renforcement de nos communautés locales, de nos provinces et territoires et de notre pays dans son ensemble.

Highlights from Day Three (July 8th) | Faits saillants de la troisième journée (8 juillet)

Our Board member, Deborah, checks in again with some reflection on a session about HIV criminalization.  Here is here report-back:


The session I attended at AIDS2020 was Decriminilization in HIV response. The first speaker was Edwin Bernard from the HIV Justice Network who discussed the Expert Consensus Statement on Science of HIV in the Context of Criminal Law. https://www.hivjusticeworldwide.org/en/expert-statement/


A speaker from the Positive Women's Network spoke briefly about how criminalization is selective and arbitrary and has a disproportionate effect on racialized people and that laws do not reflect current science. Unfortunately her part of the session didn't get included and she was not present for the Q&A: I would have liked to have heard more from her. The next two parts were not specific to HIV criminalization but rather pieces in building justice. The next speaker spoke about how decriminalization in Botswana began with changing the laws criminalizing homosexuality. The final speaker spoke about how in Portugal they decriminilized drug use in 2001. This is slowly changing the perception of people who use drugs as criminals to treating drug use as a health issue. They found that education of the police and prosecutors was key. Peer support was also very helpful. They have worked on changing the funding models from policing to harm reduction services. They have also recognised that prison health is public health and have relied on peer support in the prisons as well.


The next session was from HIV2020: Beyond Blame- Challenging Criminalization. The focus here was on people living with HIV. There is an interview with a man who is imprisoned after being criminalized, from prison. There was a woman who spoke who was charged in South Africa as a nurse. The panel Q&A at the end of the session had over 10 activists from around the world to speak, many of whom were people living with HIV. I would highly recommend taking the 2 hours to watch this. https://www.facebook.com/hiv2020online/videos/333835360941851

Notre membre du conseil d'administration, Deborah, revient à nouveau avec une réflexion sur une session sur la criminalisation du VIH. Voici le compte rendu :


La session à laquelle j'ai assisté à AIDS2020 était la réduction de la riposte au VIH. Le premier orateur était Edwin Bernard du HIV Justice Network qui a discuté de la Déclaration de consensus d'experts sur la science du VIH dans le contexte du droit pénal. https://www.hivjusticeworldwide.org/en/expert-statement/


Une intervenante du Positive Women's Network a brièvement expliqué comment la criminalisation est sélective et arbitraire et a un effet disproportionné sur les personnes racialisées et que les lois ne reflètent pas la science actuelle. Malheureusement, sa partie de la session n'a pas été incluse et elle n'était pas présente pour le Q&R : j'aurais aimé avoir plus de nouvelles d'elle. Les deux parties suivantes n'étaient pas spécifiques à la criminalisation du VIH, mais plutôt des éléments de construction de la justice. L'orateur suivant a expliqué comment la décriminalisation au Botswana a commencé avec la modification des lois criminalisant l'homosexualité. Le dernier orateur a expliqué comment, au Portugal, ils ont réduit la consommation de drogues en 2001. Cela modifie lentement la perception des personnes qui consomment des drogues comme des criminels pour traiter la consommation de drogues comme un problème de santé. Ils ont constaté que l'éducation de la police et des procureurs était essentielle. Le soutien par les pairs a également été très utile. Ils ont travaillé à changer les modèles de financement des services de police aux services de réduction des méfaits. Ils ont également reconnu que la santé en prison est de la santé publique et ont également compté sur le soutien des pairs dans les prisons.


La prochaine session était de HIV2020: Beyond Blame- Challenging Criminalization. L'accent était mis ici sur les personnes vivant avec le VIH. Il y a un entretien avec un homme qui est emprisonné après avoir été criminalisé, de prison. Il y avait une femme qui a parlé qui a été inculpée en Afrique du Sud en tant qu'infirmière. À la fin de la session, le panel de questions-réponses a réuni plus de 10 militants du monde entier, dont beaucoup étaient des personnes vivant avec le VIH. Je recommanderais fortement de prendre les 2 heures pour regarder cela. https://www.facebook.com/hiv2020online/videos/333835360941851

"Virtual Daily" | « le Quotidien Virtuel », en anglais

From the Canada Pavilion's Resource Hub | Du Centre de ressources du Pavillon du Canada

Everybody Hates Me: Let's Talk About Stigma

Dr. Carmen Logie, Canada Research Chair


Hosted by Dr. Carmen Logie, Canada Research Chair in Global Health Equity & Social Justice with Marginalized Populations, and Associate Professor at the University of Toronto's Factor-Inwentash Faculty of Social Work. Supported by the Canada Foundation for Innovation (CFI). This podcast invites a range of weekly guests to talk about all different kinds of stigma. Why does it matter? What does it look like? What can we do about it?

Session Highlights (from at least one perspective) | Faits saillants de la session (sous au moins un point de vue)

To end HIV/AIDS by 2030, we need to acknowledge that:

Pour mettre fin au VIH / sida d'ici 2030, nous devons reconnaître que :

  • La lutte contre l'épidémie de VIH est essentielle pour atteindre la CSU et vice versa, et pourtant la réponse au VIH est par nécessité de plus en plus ciblée à la fois sur les besoins / préférences des patients et sur la réponse aux risques dynamiques du VIH.
  • Des approches intentionnelles sont nécessaires pour soutenir les composants des systèmes convergents qui peuvent atténuer certains des risques potentiels de programmes de plus en plus ciblés et bénéficier directement aux objectifs de la CSU et du VIH.
  • L'identification et la hiérarchisation de ces opportunités conjointes devraient être de plus en plus centrales pour les planificateurs au niveau national et les acteurs mondiaux.
    • Comment les gouvernements et les donateurs peuvent-ils intégrer des incitations dans les processus de planification qui incitent les décideurs à rechercher et à obtenir de plus grandes   « victoires » croisées ?
  • La poursuite du développement de la mesure de la fonction des systèmes de santé peut mettre en évidence les principales lacunes des systèmes, accroître l'efficacité et la responsabilisation et rehausser le profil politique.

  • Today's youth need youth-tailored services that hold their interest. | Les jeunes d'aujourd'hui ont besoin de services adaptés aux jeunes qui retiennent leur intérêt.
  • Young people need safe spaces to access services relevant to them and their unique needs, "needs are different for youth than they are for old people". | Les jeunes ont besoin d'espaces sûrs pour accéder aux services qui les concernent et à leurs besoins uniques, « les besoins sont différents pour les jeunes que pour les personnes âgées ».
  • "We need for adults to stop lecturing us about behaviour. They need to stop judging us." | « Nous devons que les adultes cessent de nous enseigner le comportement. Ils doivent cesser de nous juger. »